Soutenance de thèse de Tristan Guiot

M. Tristan Guiot soutiendra le mardi 4 juillet 2023 à 14h (UFR des Lettres et Sciences Humaines, bâtiment 3/A, 3e étage, salle du Conseil, Mont-Saint-Aignan) sa thèse de langues et littératures françaises (dirigée par Olivier Belin, co-dirigée par Françoise Simonet-Tenant et co-encadrée par Thierry Roger) intitulée :

L’œuvre publiée et inédite de Renée Vivien : le sujet de l’écriture en question

Le jury comprendra :
M. Hovasse Jean-Marc, Professeur des Universités, Sorbonne Université
Mme Montémont Véronique, Maître de conférences HDR, Université de Lorraine
M. Ledda Sylvain, Professeur des Universités, Université de Rouen Normandie
M. Roger Thierry, Maître de conférences, Université de Rouen Normandie
M. Belin Olivier, Professeur des Universités, Université de Rouen Normandie
Mme Tenant Françoise, Professeur des Universités, Sorbonne Université

Résumé de la thèse
Grâce à la mise au jour et à l’établissement de plusieurs textes inédits, la thèse propose de considérer les enjeux herméneutiques que soulève l’œuvre de Renée Vivien. Ce travail montre que le sujet de l’écriture est au cœur de la problématique à laquelle s’affronte l’écriture de l’autrice. Dans un premier temps, la thèse considère la réception de l’œuvre ainsi que la culture littéraire et artistique de la poète afin de situer sa production dans l’histoire littéraire. Démontrant que les œuvres de jeunesse de Renée Vivien sont le théâtre d’une crise du sujet, ce travail analyse ensuite la façon dont les écritures de soi et les écritures lyriques évoluent vers des pratiques propres à interroger et à explorer la problématique de l’énonciation de soi. Dans un troisième temps, l’analyse se concentre sur l’œuvre poétique en vers publiée et éclaire le travail de l’écriture dans la construction du sujet afin de préciser la reconfiguration opérée. Dans une dernière partie, la thèse propose d’interroger des formes hybrides d’écritures de soi. La réflexion sur ces œuvres montre que le « je » s’y construit à partir de dialogues interdiscursifs et d’un tissage intratextuel, de sorte qu’elles mettent en question le sujet de l’écriture. En ce sens, la thèse démontre que l’écriture de Renée Vivien, loin de se limiter à la déconstruction de l’identité genrée, constitue une propédeutique ouvrant la voie vers de nouveaux modes de construction de l’identité.



Citer ce billet
Admin (2023, 7 juin). Soutenance de thèse de Tristan Guiot. CÉRÉdI. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjzk