Poésie et langages du vivant (XXe et XXIe siècles) – 2 juin 2023

Journée d’étude organisée par Thomas Augais, (Sorbonne Université/ CELLF), Irène Gayraud (Sorbonne Université / CRLC) et Thierry Roger (Université de Rouen Normandie / CÉRÉdI)

Sorbonne Université, 2 juin 2023, amphi Cauchy

Important :
Public extérieur à la Sorbonne, inscription obligatoire avant le 30 mai en écrivant à :
thomas.augais@sorbonne-universite.fr

Présentation

« Que serait la biologie sans les poètes ? », s’interrogeait Francis Hallé. Pourtant ceux-ci ne cessent de rencontrer leurs limites, cherchant de quelle manière la langue poétique pourrait retenir quelque chose de la complexité du vivant. Les travaux actuels de l’écocritique et de l’écopoétique doivent alors en venir à une interrogation en profondeur sur le signe. Les poètes ont-ils contribué à faire émerger la conscience qu’anthropos et les vivants non humains partagent la même « sémiosphère » ? La voie est ouverte pour une relativisation de l’arbitraire du signe, en particulier à partir des travaux de Dominique Lestel s’efforçant de penser une « métabolisation des formes animales par les langages humains ». De quelle manière se pose aujourd’hui la question médiévale du liber naturae, de la « lisibilité du monde » ? Ne nous conduit-elle pas à interroger les survivances et les transformations, au sein des sociétés modernes, de l’ontologie « analogiste » théorisée par Philippe Descola ?

Cette journée rassemblera des communications qui, à partir d’un corpus de poésie – française ou comparatiste – postérieur à 1900 chercheront à articuler les travaux récents de la recherche dans les domaines de la littérature, de la linguistique et des sciences du vivant.

Programme

9h : Accueil des intervenants

9h15 : Ouverture du colloque par les organisateurs

9h30 : Michel Collot (Sorbonne Nouvelle / UMR Thalim) : « La terre parle ? »

10h : Marie Vigy (Université Paul Valéry / UMR Thalim) : « Les créations botaniques d’Henri Michaux, dépense formelle et luxe verbal du poème »

10h30 : Discussion

11h : Pause

11h15 : Marik Froidefond (Université de Paris / Cerilac) : « Poésie prédatrice »

11h45 : Émilie Frémond (Sorbonne Nouvelle / UMR Thalim) : « Bestiaires, encyclopédies et atlas poétiques. Le partage de l’espace »

12h15 : Discussion

12h45 : Pause déjeuner

14h30 : Marielle Macé (EHESS / CRAL) : « Des voyelles, des oiseaux, des rivières »

15h : Anne Gourio (Université de Caen / LASLAR) : « La trame et la trace. Poésie et langage du vivant chez Lorand Gaspar »

15h30 : Discussion

16h : Pause

16h15 : Astrid Guillaume (Sorbonne Université, STIH) : « Traduire les animaux par la poésie et l’art »

16h45 : Discussion et clôture du colloque

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin (22 mai 2023). Poésie et langages du vivant (XXe et XXIe siècles) – 2 juin 2023. CÉRÉdI. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjzh