Le Pascal des Romantiques – 14 et 15 décembre 2023

Date : 14-15 décembre 2023

Lieu : Maison de l’université, salle de conférences, université de Rouen Normandie (Place Émile Blondel, 76 130 Mont-Saint-Aignan)

Accès à distance en direct: https://webtv.univ-rouen.fr/lives/en-direct-de-la-maison-de-luniversite/

Comité d’organisation : Sylvain Ledda, Tony Gheeraert

Comité scientifique : Laurence Plazenet (université de Clermont Auvergne), Philippe Sellier (université de Paris-Sorbonne), Laurent Thirouin (université de Lyon II), Alberto Frigo (université de Milan), Gérard Ferreyrolles (université de Paris-Sorbonne), Pierre Glaudes (université de Paris-Sorbonne), Florence Fix (université de Rouen-Normandie), François Vanoosthuyse (Université de Rouen-Normandie)

Programme

Jeudi 14 décembre

09h00 – Accueil
09h30 – Introduction, par Sylvain Ledda et Tony Gheeraert

Session 1 – Prince des mélancoliques
Modérateur : José-Luis Diaz (Université de Paris)

09h45 – « Vigny et Pascal », par Sophie Vanden Abeele-Marchal (Sorbonne-Université)
10h20 – « Variations poétiques sur le roseau pensant de Vigny à Valéry », par Nicolas Fréry (Université de Strasbourg)

10h55 – Pause

11h15 – « Les Pensées d’un enfant du siècle : Musset face à Pascal », par Esther Pinon (Université de Rennes 2)
11h50 – « Pascal au théâtre », par Florence Fix (Université de Rouen Normandie)

12h25 – Déjeuner

Session 2 – Le vertige et la lutte
Modérateur : Laurent Thirouin (Université Lumière-Lyon-II)

14h30 – « Pascal et Joubert », par Laurence Plazenet (Université de Clermont Auvergne)
15h05 – « Hugo et Pascal : vertiges d’un nom propre », par Pierre Lyraud (Université de Montréal)

15h40 – Pause

16h00 – « “Pascal, cet infâme pamphlétaire”. Pascal, figure tutélaire dans le pamphlet du premier XIXe siècle », par Laetitia Saintes (Université du Luxembourg)
16h35 – « Baudelaire et Pascal », par Anthony Pires (Université de Montpellier)

vendredi 15 décembre

Session 3 – Janséniste ou libertin ? Pascal et la religion
Modérateur : Alberto Frigo (Università degli Studi di Milano)

08h45 – « Pascal apologiste (1). Entre Chateaubriand et Cousin », par Laurent Thirouin (Université Lumière-Lyon-II)
09h20 –« Pascal ou l’apologétique selon Chateaubriand », par Fabienne Bercegol (Université de Toulouse-Jean-Jaurès)
09h55 – « Pascal apologiste (2). Les éditions Havet et Faugère », par Hubert Aupetit (Lycée Louis-Le-Grand)

10h30 – Pause

10h50 – « Le modèle pascalien dans les débats sur la méthode apologétique au XIXe siècle », par Sylvio de Franceschi (École Pratique des Hautes Études)
11h25 – « Pascal et Sainte-Beuve », par José-Luis Diaz (Université de Paris)

12h00 – Déjeuner

Session 4 – Pascal des philosophes et des savants
Modératrice : Esther Pinon (Université de Rennes 2)

14h00 – « La structure des mathématiques pascaliennes : un élan romantique ? », par Lucile Martin (Université de Rouen)
14h35 – « Pascal et Kierkegaard : le “pari” en question », par Jérôme Bord (Université de Strasbourg / EPHE)
15h10 – « Le Pascal de Nietzsche », par Lucie Lebreton (Université de Reims / CIRLEP / GIRN, Groupe International de Recherches sur Nietzsche)

15h45 – Pause

16h05 – « Entre romantisme et éclectisme : le réseau dijonnais des amis de Pascal », par Félix Barancy (LabEx COMOD)
16h40 – « Le “Pascal” de Louise Ackermann : la faiblesse d’un esprit fort », par Yohann Ringuedé (Université Gustave Eiffel, laboratoire LISAA)
17h15 – Conclusions

Présentation

« La Révolution a créé un état d’esprit ‘pascalien’ » notait naguère Pierre Moreau. En effet, au tournant des Lumières, la montée de la sensibilité, le désenchantement, le vague des passions, et un certain retour du religieux, trouvèrent dans la figure de Pascal comme un point de cristallisation. L’Émigration favorisa d’abord une réhabilitation de l’auteur des Pensées : dès les années 1790, on « pascalisait » autour d’Adrien de Lezay (1769-1814), alors réfugié en Suisse. À la même époque et dans la même région, Joseph de Maistre, qui n’en était pas encore à fustiger le « jansénisme », citait Pascal et lui empruntait l’argument apologétique de la Perpétuité de la religion chrétienne. Sous la plume de Maine de Biran, une humeur ténébreuse colore le portrait de l’écrivain de Port-Royal  : « son tempérament mélancolique perce partout; s’il jette quelquefois du sublime dans ses conceptions, il y répand trop souvent du sombre ». Mais c’est le Génie du christianisme (1802) qui inversa pour longtemps l’image que Condorcet et les rationalistes avait donnée de l’écrivain de Port-Royal : au Pascal des Philosophes, fanatique, à la limite de l’aliénation mentale, succédait sous la plume de Chateaubriand un créateur fébrile et solitaire, prodige des sciences, ingénieur, penseur, demi-dieu – un « effrayant génie ». Au seuil du XIXe siècle, Pascal cesse d’être un sauvage misanthrope, pour n’être plus que sublime : « une sainte et sublime figure », écrira bientôt Sainte-Beuve. Le portrait laissé par Chateaubriand « plonge [Pascal] dans l’abîme infini de sa tristesse », estime Antony McKenna ; assurément, cette image marquera profondément la génération romantique : Baudelaire consacre un sonnet à ce Pascal hanté par le gouffre. Victor Hugo, dans L’Art d’être grand-père (1877), influencé par le même imaginaire, désigne « l’endroit profond où Pascal s’est penché, Criant : gouffre ! ». Vigny, dans son Journal d’un poète (1863) où le nom de Pascal revient souvent, s’imagine l’auteur des Pensées jetant sur le papier quelques fulgurances, pendant les intervalles de répit et de lucidité que lui laisse sa maladie. Lamartine se souvient également de l’ange déchu pascalien lorsqu’il résume en deux vers sa propre anthropologie, nostalgique et tourmentée, où la grandeur apparaît comme le revers de la misère : « Borné dans sa nature, infini dans ses voeux, / L’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux ».
Tandis que les poètes construisent de Pascal une image énigmatique, « effrayante », voire luciférienne, les philologues entament de leur côté un patient travail de restauration : le Rapport à l’Académie française sur la nécessité d’une nouvelle édition des Pensées de Pascal, rédigé en 1843 par Victor Cousin après l’exhumation du manuscrit autographe original, débouche sur de nouvelles éditions (Faugère, 1844 ; Havet, 1852), plus conformes aux exigences de la science positiviste que celles de Port-Royal ou de Condorcet. Cousin ne se contenta pas toutefois de relancer les études pascaliennes : il isola l’auteur des Pensées de l’influence de Port-Royal et l’érigea en sceptique. Sainte-Beuve contredit ce portrait dans son Port-Royal (1840-1859), où Pascal occupe à lui seul deux livres, mais sans être jamais considéré isolément du groupe au sein duquel il a vécu ; il s’agit pour Sainte-Beuve de « mesurer le côté glorieux du génie, sans accorder plus qu’il ne faut à cette gloire ; à admirer le relief, mais surtout en raison du fond qui nous est connu ». C’est, avec l’auteur de Port-Royal, une certaine image romantique de Pascal qui déjà s’éteint.

Dans le sillage de travaux précédents (actes du colloque Pascal au miroir du XIXe siècle, éd. Denise Leduc-Fayette, Mame, 1993 ; numéro des Chroniques de Port-Royal consacré à Port-Royal au XIXe siècle, 2015), le colloque examinera les différents visages de Pascal à l’époque romantique. Les propositions porteront par exemple sur :

  • Les représentations de Pascal et de son œuvre dans la littérature au XIXe siècle.
  • Les mythes et les légendes entourant Pascal (accident de carrosse, maladie, gouffre…)
  • Les travaux éditoriaux, philologiques, théologiques et philosophiques portant sur l’oeuvre pascalienne (y compris à l’étranger, par exemple chez Kierkegaard)
  • L’étude de l’iconographie pascalienne
  • L’identification des écrivains romantiques à la figure de Pascal
  • L’utilisation idéologique voire politique de Pascal et de son œuvre 
  • La place de Pascal dans l’histoire de la littérature et des idées
  • Les approches biographiques de Pascal

 



Citer ce billet
Admin (2023, 8 novembre). Le Pascal des Romantiques – 14 et 15 décembre 2023. CÉRÉdI. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mk03