Soutenance de thèse de Pauline Philipps

Mme Pauline Philipps soutiendra le vendredi 14 avril 2023 à 14h (UFR des Lettres et Sciences Humaines, bâtiment 3/A, 3e étage, salle du Conseil, Mont-Saint-Aignan)
sa thèse de littérature générale et comparée (dirigée par Tony Gheeraert) intitulée :

Les enjeux de la violence dans les longs romans galants du ΧVΙΙe siècle : de L’Αstrée à la Clélie

Le jury comprendra:
M.  Gheeraert Tony, Professeur des Universités, Université de Rouen Normandie
Mme Grande Nathalie, Professeur des Universités, Université de Nantes
M. Grenier Franck, Professeur des Universités, Université de Lille
Mme Lallemand Marie Gabrielle, Professeur des Universités, Université de Caen Normandie
Mme Plazenet Laurence, Professeur des Universités, Université Clermont Auvergne Clermont Auvergne

Résumé de la thèse

Le roman français connaît ses premiers efforts de théorisation au XVIIe siècle : les auteurs qui cherchent à lui trouver des lettres de noblesse s’intéressent alors surtout au long roman à dimension galante, héritier des romans grecs et de la poésie épique. Les détracteurs de ce nouveau genre sont, malgré le succès éditorial certain, pourtant encore nombreux à le déconsidérer : les mêmes reproches reviennent régulièrement, et Boileau comme Du Plaisir par exemple se plaignent d’un manque de vraisemblance et des vertus trop idéales qui y seraient dépeintes. Certes, ces romanciers dépeignent la vertu, et magnifient des relations amoureuses exigeantes, dans le cadre desquelles la conversation galante et policée s’épanouit. D’importantes études ont montré tout l’intérêt et le côté novateur de cette approche de l’amour proposée dans le long roman galant. Cependant, pour répondre tout à fait aux critiques partisanes des contemporains de ce genre, il manque encore une analyse complète des représentations de la violence qu’il propose. En effet, contrairement à ce que d’Aubignac par exemple peut écrire, ces œuvres sont pleines d’actes criminels et de caractère viciés. Plus que de proposer à travers ces épisodes des contre-modèles qui serviraient encore et toujours à rendre la vertu plus éclatante, le présent travail cherchera à mettre en lumière l’entreprise de réformation des mœurs à l’œuvre dans ces romans. Participant à l’affirmation des exigences de la « société de cour » décrite par Norbert Elias, mais aussi la devançant sur certains points, le long roman galant, par son traitement de la violence, affirme sa radicale modernité et prouve sa capacité à réagir rapidement aux débats de son temps. Si l’idéal des relations amoureuses qui y sont présentées a rapidement disparu de la production romanesque ultérieure, les enjeux de la violence qui y sont développés n’ont eu de cesse d’inspirer les auteurs après la mort du long roman galant au tournant des années 1660. C’est à travers l’étude de L’Astrée et de la Clélie principalement, deux œuvres clefs dans l’évolution du long roman galant, que nous nous proposons d’analyser ces mécanismes à l’œuvre.



Citer ce billet
Admin (2023, 5 avril). Soutenance de thèse de Pauline Philipps. CÉRÉdI. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjza