Voltaire anglophile/anglophobe – 11 mai 2012

Journée d’études
(organisatrices : L. Macé, C. Seth) – vendredi 11 mai 2012

Comité scientifique : Christiane Mervaud, Nicholas Cronk, Olivier Ferret, Sylvain Menant

En collaboration avec la Voltaire Foundation (Université d’Oxford) et la Société d’études voltairiennes

Voltaire Janus, Voltaire bifrons. L’image d’un philosophe au double visage s’impose comme un lieu commun de la démonologie voltairienne à partir des années 1760. Pareille polarisation est pourtant observable bien plus tôt dans le domaine des idées, en particulier sur la question du rapport de Voltaire au modèle anglais qui a depuis longtemps retenu l’attention de la critique.

Fondatrice des études voltairistes à travers l’édition canonique des Lettres philosophiques (1909), la question du modèle anglais a d’abord été traitée dans une perspective biographique et éditoriale avant d’être envisagée sous les catégories des « liens », des « rapports » que le philosophe et l’Angleterre auraient entretenus, des « influences » qui les auraient réciproquement nourris dans une apparente égalité.

Sans remettre en question l’apport de ces travaux importants, les évolutions récentes du champ voltairiste permettent aujourd’hui de reprendre à nouveaux frais cette question : le progrès de l’édition des Œuvres complètes de Voltaire (Oxford, Voltaire Foundation, 1969-) procure chaque année une édition plus sûre de textes célèbres et moins connus, parfois jamais republiés depuis le XVIIIe siècle comme les Questions sur l’Encyclopédie ; de nouvelles sources documentaires se font jour comme les Marginalia consignés par Voltaire et ses secrétaires dans les marges de ses livres conservés aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale de Saint-Pétersbourg. La question éditoriale des Lettres philosophiques, enfin, est d’une brûlante actualité : deux éditions de poche des Lettres philosophiques ont récemment vu le jour (éd. G. Stenger, GF, 2006 et éd. O. Ferret et A. McKenna, Classiques Garnier, 2010) auxquelles on peut encore ajouter l’édition des Letters concerning the English nation (éd. N. Cronk, Oxford Paperbacks, 1999).

Dans cette journée destinée à inaugurer une collaboration pluri-annuelle avec la Voltaire Foundation (Université d’Oxford) et, plus généralement, les universités anglaises, on s’efforcera de montrer, à partir de la problématique de l’anglophilie et de l’anglophobie, moins irénique et plus conforme à la complexité du personnage Voltaire et de ses stratégies d’écrivain, comment les récents apports de la recherche voltairiste permettent de renouveler la question du modèle anglais. Seront mises en lumière, à partir d’approches diversifiées (éditoriales, génériques, philosophiques…) les modalités complexes selon lesquelles ce modèle diffuse dans toute l’œuvre.

Programme

9h45 – Accueil des participants et introduction par Laurence Macé (Université de Rouen/
CÉRÉdI)

1re session – Présidence : Christiane Mervaud (Université de Rouen)

10h – John Leigh (Université de Cambridge) : « Voltaire et la langue anglaise »

10h20 – Véronique Le Ru (Université de Reims) : « Des Lettres philosophiques aux Éléments de
la philosophie de Newton
ou comment devient-on newtonien ? »

10h40- Pierre Frantz (Université Paris Sorbonne Paris IV) : « Autour de Brutus et du théâtre
anglais »

11h00 – Discussion et pause

2e session – Présidence : Catriona Seth (Université de Lorraine/CÉRÉdI)

11h30 – Olivier Ferret (Université Lyon II) : « Comment rester anglophile pendant la
guerre de Sept ans ? »

11h50- Myrtille Méricam-Bourdet (ENS Lyon/CERPHI) : « Une histoire neutre et
dépassionnée ? L’histoire de l’Angleterre vue par Voltaire »

12h10 – Discussion et déjeuner

3e session – Présidence : François Bessire (Université de Rouen, CÉRÉdI)

14h – Marie Fontaine (doctorante Université de Rouen/CÉRÉdI) : « Tous les chemins
mènent à Samosate… ou Voltaire et les Luciens anglais »

14h20 – Gillian Pink (Oxford, Voltaire Foundation) : « ‘Stupendous works’ : Voltaire anglographe
dans ses Marginalia »

14h40 – Discussion et pause

4e session – Présidence : Sylvain Menant (Université Paris Sorbonne Paris IV)

15h10 – Nicholas Cronk (Oxford, Voltaire Foundation) : « Le problème de la réception des
Lettres philosophiques en France au dix-huitième siècle »

15h30 – Christiane Mervaud (Université de Rouen) : « Présence critique dans les Questions
sur l’Encyclopédie
du modèle anglais politique et religieux des Lettres philosophiques »

16h – Gerhardt Stenger (Université de Nantes) : « Une base d’éditions numérisées des
Lettres philosophiques »

16h30 – Discussion et conclusion de la journée par Christophe Cave (Université de
Grenoble III) et Catriona Seth (Université de Lorraine, CÉRÉdI)

La journée d’études aura lieu dans la Salle du Conseil de l’UFR Lettres et Sciences Humaines,
Rue Lavoisier, 76821 Mont-Saint-Aignan



Citer ce billet
Admin (2012, 10 avril). Voltaire anglophile/anglophobe – 11 mai 2012. CÉRÉdI. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjnq