Journée des doctorants – 30 mai 2012

La « journée des doctorants » de Lettres modernes 2012 aura lieu mercredi 30 mai à partir de 9h30, dans les locaux du CÉRÉdI (bâtiment Lavoisier, salle 214).

Programme

À partir de 9h30 : accueil des doctorants et professeurs autour d’un café
10h00 : Ouverture de la journée par Jean-Claude ARNOULD, directeur du laboratoire
10h30-12h00 : Édition
Le travail d’édition est un des axes de recherche majeur du CÉRÉdI, dans lequel le critique, non content de seulement découvrir le texte qu’il édite par la transcription, est constamment amené à faire des choix éditoriaux qui contribuent à en révéler partiellement le sens et à en influencer également la réception. Les projets éditoriaux des doctorants du CÉRÉdI présentent une extrême variété, à la fois chronologique (du Moyen-Âge au XIXe siècle), codicologique (manuscrit, texte imprimé) et générique (le roman, la lettre). Leur présentation permettra de cerner les enjeux et d’évoquer les éventuelles difficultés liées à cet « art total » littéraire.
– Éditer un texte ancien : exemples de Lancelot du Lac et La Louange du mariage et recueil des bonnes, vertueuses et illustres femmes
(Jean-Baptiste PETIT et Lucie BERGIN-VIOLETTE)
– Un projet éditorial collectif : les lettres de Juliette Drouet
(Jeanne STRANART, Anne KIEFFER, Véronique HEUTE, Bénédicte DUTHION)
12h00-12h30 : La fin de thèse
Derniers mois de rédaction, composition du jury, formalités administratives (Juliette AZOULAI, Sebastian GARCIA, Hubert HECKMANN, Hélène HÔTE)
14h00-15h30 : Interprétation
L’interprétation constitue, à plus d’un titre, le cœur de la recherche littéraire. Nous verrons, en évoquant les travaux d’Isabelle Suze, de Juliette Azoulai et de Colombe de Dieuleveult, qu’elle ne se nourrit pas seulement du texte publié, de ses thèmes et de ses figures : elle se saisit aussi de l’élaboration de celui-ci et de ses conditions de production et de réception pour éclairer son sens. L’oeuvre et les significations qu’elle recèle sont ainsi mises en lumière par l’étude du texte (la polygraphie de Tristan L’Hermite, le rapport de l’âme au corps chez Gustave Flaubert, la construction du style d’Alexandre Jacob), autant que par celle de son contexte et des interactions entre ces deux espaces. De la littérature canonique à l’écriture ordinaire, ce regard interprétatif et les outils critiques qu’il manie gardent toute leur pertinence.
– « Enquête sur l’écriture à la moderne de Tristan L’Hermite », Isabelle SUZE
– « L’âme et le corps dans l’oeuvre de Gustave Flaubert », Juliette AZOULAI
– « Les écrits d’Alexandre Jacob », Colombe DE DIEULEVEULT
15h30-17h00 : Réception
La réception a acquis, au cours des dernières décennies, une place de première importance dans la théorie esthétique et notamment littéraire. Les trois interventions permettront d’interroger plusieurs de ses modalités. Delphine Corne envisage les textes d’un corpus comparatiste comme supports d’une même thématique, la fée décadente. Avec Sarah Grémy-Deprez, la réception sera envisagée dans son sens propre, à travers l’étude de la place, du statut et du rôle d’un auteur antique, Plutarque, dans la France littéraire du XVIIe siècle. Damien Dauge, enfin, se demandera comment la musicalité peut être comprise comme un phénomène de réception, à travers l’exemple de l’oeuvre de Flaubert. Ainsi pourront être prudemment franchies certaines frontières de l’oeuvre littéraire.
– « Figure de la fée décadente dans les littératures anglaise, française et allemande », Delphine CORNE
– « La réception de Plutarque en France au XVIIe siècle », Sarah GRÉMY-DEPREZ
– « La musicalité comme réception du texte littéraire », Damien DAUGE


Citer ce billet
Admin (2012, 14 mai). Journée des doctorants – 30 mai 2012. CÉRÉdI. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjns