Tradition et Création : pour une poétique des formes aux origines obscures – 15 mars 2013

Journée d’études
15 mars 2013
à la Maison de l’Université (Place Émile Blondel, 76821 Mont-Saint-Aignan cedex)
Salle divisible Sud

Organisateurs : Tony Gheeraert, Hubert Heckmann

En des temps et des lieux très divers, certaines formes littéraires ont revendiqué l’obscurité de leur naissance. Récits épiques ou mythologiques, coutume, légende, lai, geste, conte, fable, Volkslied… Toutes ces formes ont pour trait constitutif de s’attribuer des origines doublement obscures : d’abord parce qu’elles plongent dans la nuit des temps, ensuite parce qu’elles peuvent sembler d’humble extraction, transmises par tradition orale, et puisées dans le grand fond commun de la culture populaire.

Trois siècles de controverse sur le mystère des origines : un bilan critique

Depuis la fin de l’âge classique, les formes aux origines obscures sont progressivement remises à l’honneur et méritent de venir au centre des attentions savantes. Parallèlement au travail de collectage, de redécouverte de manuscrits anciens, et de réédition, ces formes sont un objet privilégié d’étude et de débat pour de nombreux écrivains, historiens, critiques, folkloristes, sociologues…

La principale dispute, née sur le versant obscur du siècle des Lumières, exacerbée par le romantisme, est aujourd’hui à bout de souffle même si elle est périodiquement ranimée par quelques répliques. Il s’agit d’un conflit d’historiens, cherchant à démêler les causes et les conséquences : Qui est premier ? Le génie du peuple analphabète, qui produit par un lent processus de maturation l’œuvre incomparable ? Ou le génie d’un individu raffiné, poète inspiré, qui écrit son chef-d’œuvre à partir d’une matière populaire quasi-inexistante, qui met en ordre et en œuvre un vieux fond informe, incapable de prétendre au moindre statut littéraire ? Tradition collective, ou création individuelle ? Temps long et insaisissable des transmissions orales, ou instant déterminé du geste créateur qui couche les mots par écrit ? Parole vivante, ou exercice de style ? Authenticité préservée, ou innovation audacieuse ?

On tirera un grand profit à faire une histoire de ce débat critique et à comparer les solutions ou compromis élaborés à propos d’objets d’études différents. Il nous faut comprendre aujourd’hui pourquoi nos prédécesseurs revenaient si souvent buter sur la même épineuse question. S’ils posaient mal le problème, du moins ont-ils forgé des outils d’analyse dont il nous faut à présent éprouver la solidité, pour voir lesquels nous pourrons reprendre à notre compte. Car certains des concepts fondateurs de la poétique, utilisés aujourd’hui pour l’analyse immanente des textes, sont issus de ce débat critique, où ils servaient à de toutes autres fins.

Le poète apprenti et sorcier : ethnographie et mystification

Si l’on quitte l’histoire littéraire pour envisager le problème sous l’angle de la poétique, on se rend compte que ces formes littéraires ont en commun la construction et l’affichage de l’ambigüité de leurs origines. Les critiques en quête d’une authenticité primitive sont souvent tombés dans le piège tendu par ces textes, dont les auteurs font mine de s’absenter. L’écrit recueille et mime une oralité problématique. Par la façon dont le texte se désigne lui-même, et parfois par les paratextes, se crée un dispositif trompeur où la culture écrite, paradoxalement, s’affirme en se niant. L’écrit témoigne et détruit en même temps, car l’oralité des origines nous est inaccessible sans sa médiation, mais elle ne subsiste en lui qu’à l’état de phantasme.

On s’interrogera donc sur la rhétorique paradoxale des auteurs de formes aux origines obscures, qui sont souvent des innovateurs avançant sous couvert de la tradition. On se demandera aussi quel sens prennent ces formes dans le contexte historique et anthropologique de leur émergence : pourquoi donner à entendre les origines ?

Programme

Matin

09h00 : Accueil des participants

9h30 : Introduction, par Hubert Heckmann (université de Rouen)

9h45 : Tony Gheeraert (université de Rouen) : « L’imposture des Contes de Perrault »

10h10 : François Dingremont (docteur, EPHE) : « La question homérique reste ouverte… »

10h35 : Discussion et pause

11h00 : Florence Goyet (université Stendhal-Grenoble III) : « Tradition et création dans la littérature orale selon John Foley : ‘référentialité traditionnelle’ et co-construction »

11h25 : Paolo Odorico (EHESS) : « Repenser les chants héroïques grecs médiévaux »

11h50 : Discussion et déjeuner (Maison de l’université)

Après-midi

14h : Beate Langenbruch (ENS Lyon) : « Riqueraque, rotrouenge, baguenaude : féconds mystères de l’origine de quelques formes médiévales »

14h25 : Pablo Justel Vicente (doctorant, université de Zaragoza – ENS Lyon) : « Les origines de l’épique castillane : bilan des affrontements »

14h50 : Discussion et pause

15h10 : Sebastian Garcia Barrera (docteur, université de Rouen) : « La ‘littérature sicaresque’ colombienne : naissance d’un genre »

15h35 : Hubert Heckmann (université de Rouen) : « L’invention romantique de la chanson de geste »

16h00 : Discussion

16h10 : Table ronde et conclusions



Citer ce billet
Admin (2013, 28 janvier). Tradition et Création : pour une poétique des formes aux origines obscures – 15 mars 2013. CÉRÉdI. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjog