Censure et critique (XVIIe-XXIe siècles) – 4-6 avril 2013

Depuis l’ouvrage de Reinhart Koselleck, Le Règne de la critique (1959 ; trad. fr., Minuit, 1979), la censure et la critique apparaissent comme deux concepts a priori irréconciliables. Pour les spécialistes de la pensée classique, la critique serait née des guerres de religion et de la dichotomie opérée par la raison d’État entre le for intérieur et l’action extérieure. Elle se serait développée chez les élites contre les lois de l’État, considérant tout pouvoir de ce dernier – la censure la toute première – comme un abus du dit pouvoir. Pareil schéma tend à faire apparaître censure et critique comme deux activités radicalement antagonistes, et les hommes qui les pratiquent comme des étrangers et des adversaires, inaccessibles aux logiques les uns des autres.

Or depuis quelques années, les historiens ont commencé à envisager la censure de manière différenciée, rappelant qu’il existe non pas une censure mais des formes de censure ecclésiastique/laïque(s) et surtout que diachroniquement, les règlements et les pratiques évoluent qui, dans le cas de la censure laïque française par exemple, modifient parfois considérablement l’esprit même de cet acte. D’autres études ont avancé que, dans la France des Lumières, cet outil de l’État ‘moderne’ contribua à la structuration de l’espace public au moment où celui-ci émergeait, la censure laïque s’imposant finalement dans la France du 18e siècle – à certains moments au moins – comme l’alliée objective des Lumières. Pour le 19e siècle et le 20e siècle, en revanche, des travaux plus récents situés au croisement de la littérature, de la sociologie et de la science politique ont interrogé « la responsabilité de l’écrivain » dans l’histoire de la liberté d’expression et plus généralement les rapports entre littérature, morale et droit.

A partir de ces acquis, l’idée du colloque consistera à déplacer le questionnement dans le champ des études littéraires en interrogeant, à travers le prisme des rapports entre censure et critique et sur la longue durée (17e-20e/21e siècles) la censure comme forme de réception des textes. En jouant sur la polysémie du terme ‘critique’, plusieurs pistes seront envisagées dans le cadre de trois journées (6 sessions) précédées chacune de trois conférences de cadrage destinées à mettre en lumière le caractère pluridisciplinaire de la démarche adoptée et respectivement confiées à un historien de la littérature et des idées, à une sociologue et à un juriste. D’une part, on reviendra sur le sens étymologique du terme critique et on interrogera la fonction de structuration du champ littéraire jouée par la censure dans son traitement des textes et des auteurs et/ou dans le discours qu’elle tient sur eux. D’autre part, on questionnera les liens divers entre censure et critique littéraire et la porosité parfois observable entre ces deux activités : on s’interrogera sur les ‘lieux’ institutionnels de cette improbable rencontre (notamment les académies, les périodiques…). D’un point de vue plus strictement littéraire, on se demandera comment censure et critique se positionnent quant aux différentes stratégies développées par les textes (l’ironie, le burlesque, les formes de discours rapportés), quelle place la censure fait aux normes génériques, si ses critères varient en fonction des genres (le théâtre, l’histoire par ex.). Enfin, dans l’optique des axes de recherche propres au CÉRÉdI, on questionnera plus généralement les pratiques herméneutiques des deux pratiques – censure et critique – au regard de la réception des textes.

Dans le cadre d’un partenariat avec deux institutions culturelles rouennaises, deux activités ‘hors les murs’ – la visite de l’« Enfer » de la Bibliothèque Municipale de Rouen et une conférence en ville, gratuite et ouverte à tous, qui se tiendra à l’Auditorium du Musée des Beaux-Arts par Me Agnès Tricoire, docteur en Droit et avocat au Barreau de Paris – complèteront le programme.


Programme

Jeudi 4 avril
(Mont-Saint-Aignan, Maison de l’Université, Salle de conférences)

Matin

9h Accueil des participants, café et viennoiseries

9h30 Ouverture des travaux

10h Conférence d’ouverture : J. C. Abramovici (Valenciennes), « Une relecture de Koselleck »

Session 1. Institutions

10h30 J. D. Mellot (BnF), « La centralisation censoriale et ses effets critiques à la fin du règne de Louis XIV »

11h Pause

11h15 S. Mazauric (Nancy), « Histoire des sciences et critique dans l’Histoire de l’Académie royale des Sciences »

11h45 C. Dornier (Caen), « La critique académique au service du contrôle social dans les projets de l’abbé de Saint-Pierre »

Après-Midi

Session 2. Censure, critique et constitution du champ

14h K. Abiven (Paris-Sorbonne Paris 4), « Citer à comparaître : la circulation des discours historiques comme forme polyphonique de la censure au XVIIe siècle »

14h30 L. Bianchi (Naples), « Critique et République des Lettres : critique et censure dans le Dictionnaire de Bayle »

15h M. Pia Donato (Cagliari), « Le censeur comme critique. Les théologiens du Saint-Office et la culture française entre XVIIe et XVIIIe siècle »

15h30 A. Vaillant (Paris Ouest – Nanterre), « Théorie de la littérature et pratique de la censure au temps du romantisme (1800-1830) »

17h30 Hors les murs à la Bibliothèque Municipale de Rouen : visite de « l’Enfer » de la Bibliothèque Municipale de Rouen par Catriona Seth (Université de Lorraine)


Vendredi 5 avril
(Mont-Saint-Aignan, Maison de l’Université, Salle de conférences)

Matin

9h Conférence d’ouverture : Gisèle Sapiro (CNRS/EHESS), « Juger la littérature. Les transformations des rapports entre censure et critique (19e-20e siècle) »

Session 3. Presse et revues

9h30 C. Cave (Grenoble 3), « Le censeur périodique, ou l’ambiguïté de la critique de presse : censurée, instance critique/ de censure »

10h O. Krakovich (Archives Nationales), « Autour du style des censeurs et des critiques »

10h30 Pause café

10h45 D. Ribard (EHESS), « Quand la critique est suscitée par le pouvoir politique (18e-19e) »

11h15 J. L. Diaz (Paris 7), « La Balance et le Ciseau : portrait du critique en chien de garde (1840-1892) »

11h45 B. Curatolo (Besançon), « La critique littéraire sous l’Occupation. Censure et autocensure »

Après-Midi

Session 4. Théâtre

14h J. le Blanc (Rouen, CÉRÉdI), « L’opéra et ses parodies à l’épreuve de la censure sous l’Ancien Régime »

14h30 M. Biard (Rouen, GRHis), « La disparition de la censure, vecteur de transformation de la critique théâtrale au temps de la Révolution française ? »

15h S. Mentzel (Nantes), « Critiques et censures de la représentation du pouvoir royal sur la scène romantique (1820-1840) »

15h30 C. Anfray (Paris), « Responsabilité de l’auteur dramatique »

17h30 Hors les murs au Musée des Beaux-Arts de Rouen : conférence publique par Agnès Tricoire (Docteur en droit, Barreau de Paris), « Les œuvres sont-elles dangereuses ? »


Samedi 6 avril
(Mont-Saint-Aignan, Maison de l’Université, Salle de conférences)

Matin

9h Conférence d’ouverture : Thomas Hochmann (Reims), « Le juge comme critique »

Session 5. Implications politiques et religieuses

9h30 N. Schapira (Marne-la-Vallée), « Approbation des censeurs et politique dévote par le livre (17e siècle) »

10h G. Imbruglia (Naples), « Autour des Défenses et autres écrits polémiques : l’auteur contre la critique et la censure »

10h30 Pause café

10h45 B. de Negroni (Paris), « Censures et critiques du De l’esprit d’Helvétius et de l’Émile de Rousseau »

11h15 C. Maire (CNRS), « Le ‘complot des philosophes’ selon les jansénistes »

11h45 T. Roger (Rouen, CÉRÉdI), « La dialectique du livre et de la bombe à l’époque des lois dites scélérates »

Après-Midi

Session 6. Effets de censure/ herméneutique

14h J. A. St Meyer (Stanford), « The Tenth Muse : The Critical Reception of Montesquieu’s De l’Esprit des Lois in L’Encyclopédie »

14h30 E. Ladenson (Columbia), « Ernest Pinard, Critique littéraire »

15h P. Durand (Liège), « L’obscur et l’abscons : la lecture comme censure – de Mallarmé à Proust »

15h30 J. B. Amadieu (CNRS, ITEM), « Quelle forme de critique littéraire les censeurs pratiquent-ils dans leurs examens d’œuvres ? L’exemple de l’Index au 20e siècle »

16h15 Clôture des travaux


Organisateurs : Y. Leclerc, L. Macé, C. Poulouin, Université de Rouen/CÉRÉdI

Pour toute information, écrire à laurence.mace-delvento@univ-rouen.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin (5 mars 2013). Censure et critique (XVIIe-XXIe siècles) – 4-6 avril 2013. CÉRÉdI. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjok