Conseil de laboratoire du 5 novembre 2020

COMPTE RENDU DU CONSEIL DE LABORATOIRE du 5 novembre 2020

Excusées : Caroline Andriot, Stéphane Pouyaud, Jeanne Chiron, Sandra Glatigny, Linda Rasoamanana.

1. Inscription des doctorants

L’inscription en première année doit se faire avant le 16 novembre 2020.

2. Dossier HCERES

Ce dossier est en train d’être déposé par les services centraux sur la plateforme Pélican. La visite de l’HCERES, quant à elle, aura lieu entre le 10 mai 2021 et le 17 décembre 2021.

3. Mutation de Yannick Simon

Celui-ci est officiellement en poste à l’Université de Toulouse depuis le 1er novembre. S’il reste membre associé du CÉRÉdI, il n’en est donc plus directeur-adjoint. Se pose alors la question de son éventuel remplacement. Françoise Simonet-Tenant, après avoir rappelé l’histoire de la direction du laboratoire, marquée par une grande mobilité ces dernières années, propose d’attendre la fin du contrat, c’est-à-dire 2021, pour renouveler l’équipe de direction.

Question : Que deviennent les EA (équipes d’accueil) ? Celles-ci ont officiellement disparu. Voir le mail de Sophie Devineau sur ce sujet.

Remarque : Les circonstances sanitaires ne favorisant pas les réunions, il n’y a pas eu d’AG du CÉRÉdI depuis le mois de janvier 2020. Aussi n’avons-nous pas encore pu remercier Jean-Claude Arnould pour tout ce qu’il a apporté au laboratoire avant de partir à la retraite. Cela se fera dès que possible.

4. Point sur les postes

Avec le départ de Yannick Simon, le nombre de postes « vacants » (terminologie obsolète puisque les services centraux considèrent que nous ne sommes pas « propriétaires » de nos supports de postes) au CÉRÉdI s’élève à 10, auquel s’ajoutera bientôt celui de Jean-Yves Rauline, qui songe à faire valoir ses droits à la retraite. En ce qui concerne les profils de poste à demander, Françoise Simonet-Tenant souligne que les intérêts du laboratoire (qui requièrent des profils pointus) et ceux du département (qui requièrent des profils polyvalents) ne sont pas toujours convergents. Nous comptons obtenir cette année un poste de MCF Littérature du XVIIIᵉ siècle (ancien poste de Stéphanie Genand), ainsi qu’un poste de PR Littérature contemporaine (ancien poste de Jean-Louis Jeannelle, reprofilé). Sylvain Ledda, président de la CCSE, organisera bientôt une réunion.

5. Point sur la dotation récurrente

Françoise Simonet-Tenant espère obtenir le report du reliquat du budget 2020 sur le budget 2021. De même, sur les 20 000 euros accordés par l’IRIHS pour la rénovation des sites Flaubert, il reste 9000 euros qui pourraient être reportés (report non confirmé jusqu’alors).

6. Réaménagement du calendrier des événements 2021

Il faut surtout tenir Françoise Simonet-Tenant au courant dès que nous avons des informations sur nos projets ou des modifications à apporter.

7. CORNUM : état d’avancement

Tony Gheeraert rappelle que le programme CORNUM, financé par la région, a vocation à favoriser la constitution de bases de données et les travaux d’édition en ligne. Sur les 10 projets CORNUM, 5 sont portés par le CÉRÉdI : Michel d’Amboise, EcuMe, EcriSoi, Dezède, Flaubert (extension du site à la correspondance passive). Ce programme de trois ans, qui se termine en principe en automne 2021, fera l’objet d’une évaluation par d’autres chercheurs. Il faut espérer qu’il pourra trouver des prolongements sous forme de projets nationaux (ANR) ou européens (ERC). L’on ne sait pas encore s’il y aura un CORNUM II.

  • Pour EcriSoi, Françoise Simonet-Tenant tente de passer une convention avec le CELLFde la Sorbonne.
  • Sandra Provini a, avec l’École des Chartes, un projet d’édition des traductions des Héroïdes par Saint-Gelais.
  • Laurence Macé, partenariat Thalim / Comédie Française pour cet ECuMe et pour un éventuel ECuME 2

Hors Cornum mais en rapport avec les humanités numériques :

  • Sylvain Ledda a, avec Frank Lestringant et Esther Pinon, un projet d’édition de la correspondance de Musset.
    Le problème est que la région ne finance que les énormes projets dont le coût atteint 1 million d’euros.

8. Points divers

L’Université de Rouen a adhéré à The Conversation, site collaboratif qui propose aux chercheurs d’apporter une matière que des journalistes mettent ensuite en forme à destination du grand public (voir https://theconversation.com/fr/who-we-are). Quelques-uns des articles publiés par The Conversation sont repris par des grands quotidiens, ce qui leur donne une visibilité particulière. Nous ne devons donc pas hésiter à entrer en contact avec « The Conversation ». Il faut, le cas échéant, le signaler à l’Université.



Citer ce billet
Admin (2020, 6 novembre). Conseil de laboratoire du 5 novembre 2020. CÉRÉdI. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mjw8