Cahiers Saint Exupéry n° VIII

Appel à contributions pour les Cahiers Saint Exupéry n° VIII :
« Naissance littéraire d’Antoine de Saint Exupéry (1923-1925) »

 

Lorsqu’on ne commence à connaître un grand homme que dans le fort de sa gloire, on ne s’imagine pas qu’il ait jamais pu s’en passer, et la chose nous paraît si simple, que souvent on ne s’inquiète pas le moins du monde de s’expliquer comment cela est advenu ; de même que, lorsqu’on le connaît dès l’abord et avant son éclat, on ne soupçonne pas d’ordinaire ce qu’il devra être un jour […].
Charles-Augustin Sainte-Beuve, Portraits littéraires, 1829.

Vingt ans avant sa consécration par Le Petit Prince, quels furent les débuts littéraires d’Antoine de Saint Exupéry ? Si l’année 2023 célèbre les quatre-vingts ans de son chef-d’œuvre, elle marque également le centenaire de la naissance littéraire du jeune écrivain.

À l’évidence, Antoine de Saint Exupéry a su, de Courrier Sud (1929) à Citadelle (1948), « apprivoiser » les hommes ; pourtant, ses textes de jeunesse, écrits entre 1923 et 1925 et récemment publiés par Alban Cerisier, demeurent les grands absents de la critique exupérienne. Or Saint Exupéry lui-même en parlait avec émotion et enthousiasme, confiant à sa « petite maman » en 1923, à propos d’Un vol, sa fierté d’être probablement et prochainement publié dans La Nouvelle Revue française[1] – espoir sans lendemain –, ou écrivant à son amie « Rinette », en 1925, sa « hâte » de lui faire lire Manon, danseuse « qui [l]e ravit [lui]-même », et qu’« il faudra l’aimer sans quoi [il n’écrira] plus jamais rien[2]. »

Bien que Saint Exupéry les nomme tantôt « conte » ou « roman », les premiers écrits, Un vol, Un accident, Églogue, Premier Désir, sont de brèves nouvelles composées en 1923 dans lesquelles germent des thématiques chères à l’écrivain, telles que l’errance et le voyage, l’antagonisme spatial entre la ville et la nature, entre la terre et le ciel, ou la dichotomie entre la vacuité des occupations et la recherche de sens. Premier texte de Saint Exupéry consacré à l’aviation, Un vol, pressenti par l’auteur pour une publication dans La Nouvelle Revue française, ne fut édité qu’en 2018 par Alban Cerisier. Il témoigne de l’enthousiasme du jeune pilote sans pour autant édulcorer les dangers encourus. Sa deuxième nouvelle, Un accident, peut être lue à la fois dans son autonomie et comme la suite d’Un vol, qui s’est terminé sur l’accident du pilote. Le récit s’architecture autour de deux tableaux. Le premier, correspondant aux conséquences immédiates de l’accident, évince le drame pour se focaliser sur la réaction des témoins que le narrateur stigmatise par l’ironie ; le second se focalise sur le pilote dans sa chambre d’hôpital.

La troisième nouvelle de Saint Exupéry, Églogue, plante son décor non plus dans l’univers de l’aéronautique mais dans le domaine ferroviaire. L’écrivain explore pour la première fois la narration à la première personne, mettant en scène un narrateur homodiégétique sortant d’un train pour aller explorer la campagne. À l’enthousiasme poétique initial succède une langueur liée à la nostalgie de la ville ; l’excursion dans la « contrée intermédiaire » renforce l’amour de l’amant qui le ramène à la ville. Brève nouvelle, Premier Désir retrace également les déambulations d’un adolescent, mais au travers d’un univers urbain nocturne dans lequel le héros fait l’expérience d’une désillusion. Son trajet est scandé par la traversée de trois espaces qui dramatisent progressivement la désillusion : la traversée de quartiers endormis, l’espace forain, le dancing.

Enfin, en 1925, le jeune homme écrit un texte un peu plus long : Manon, danseuse, qui retrace la désillusion sentimentale d’une jeune danseuse et prostituée, qui a conscience d’être le jouet des hommes mais espère un grand et vrai amour, rêve d’être respectée par un homme qui l’aime pour elle-même. Cette nouvelle, que Saint Exupéry souhaitait publier dans la revue Europe en 1926, ne parut finalement dans aucune revue – il faudra attendre 2007 pour qu’Alban Cerisier exhume le texte.

En dépit de publications espérées mais sans cesse ajournées, ces récits révèlent non seulement un talent littéraire indéniable, mais ils témoignent d’une sensibilité artistique précoce. Les Cahiers Saint Exupéry n° VIII proposent de porter un regard neuf sur ces textes de jeunesse, afin de célébrer le centenaire d’un écrivain en explorant sa naissance proprement littéraire, entre 1923 et 1925.

Que leurs perspectives soient monographiques ou transversales, les articles pourront s’inscrire dans les axes suivants – sans exclure l’ouverture à d’autres propositions et orientations :
– Approche thématique, génétique ou générique
– Influences littéraires et intertextualité
– Structure et composition
– Analyse de personnages
– Modernité esthétique : le renouveau romanesque à dominante subjective des années 1920
– Rapports complices avec les écrivains contemporains

Corpus

Antoine de Saint Exupéry, Un vol, Un accident, Églogue, Premier Désir [1923], dans Antoine de Saint Exupéry. Du vent du sable et des étoiles, éd. Alban Cerisier, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2018, p. 136-151.
Antoine de Saint Exupéry, Manon, danseuse [1925], et autres textes inédits, quatre volumes en un coffret, Paris, Gallimard, 2007 ; la nouvelle figure également dans Antoine de Saint Exupéry. Du vent du sable et des étoiles, op. cit., p. 188-203.
Antoine de Saint Exupéry, Œuvres complètes, sous la dir. de Michel Autrand et Michel Quesnel, avec la collab. de Frédéric d’Agay, Paule Bounin et Françoise Gerbod, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1994 (tome I, 1312 p.) et 1999 (tome II, 1568 p.).

Modalités de soumission

Les propositions de contributions devront être envoyées avant le 15 février 2024 à l’adresse suivante :  amelie.goutaudier@univ-rouen.fr.

Elles ne devront pas excéder 500 mots, annonceront un titre provisoire, quelques mots-clés, et seront accompagnées d’une courte biobibliographie.
Les articles rédigés ne devront pas dépasser 45 000 caractères espaces comprises. Ils devront respecter les normes de présentation des Cahiers Saint Exupéry envoyées après acceptation de la proposition.

Calendrier

Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2024
Avis du comité scientifique : 28 février 2024
Envoi de l’article entièrement rédigé : 15 juin 2024
Premier retour aux auteurs : début septembre 2024
Envoi de l’article définitif : 15 octobre 2024
Publication des Cahiers Saint Exupéry n° VIII aux Éditions de l’Astronome : mars 2025

Coordination : Amélie Goutaudier, laboratoire du CÉRÉdI (Rouen), Association des Amis d’Antoine de Saint Exupéry


Notes

[1] Voir Antoine de Saint Exupéry, Lettres à sa mère, Paris, 1923, Œuvres complètes, tome I, dir. Michel Autrand et Michel Quesnel, avec la collab. de Paule Bounin et Françoise Gerbod, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, p. 729 et p. 734 (il s’agit de deux lettres différentes).

[2] Id., Lettres à Rinette, Guéret, 1925, OC I, op. cit., p. 793.



Citer ce billet
Admin (2023, 28 novembre). Cahiers Saint Exupéry n° VIII. CÉRÉdI. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mk08